La fabrication du thé noir

Les thés proviennent d’un même arbre, le théier. Leur diversité est due à la méthode de fabrication. En effet, pour que les feuilles du Camellia sinensis soient aussi savoureuses, il faut qu’elles passent par certaines étapes de fabrication. Vous allez découvrir dans cet article les étapes de fabrication du thé noir : de la récolte jusqu’à la fermentation.

Méthodes de fabrication du thé noir

Deux méthodes sont utilisées dans la fabrication du thé noir. La méthode classique (procédé orthodoxe) et la méthode CTC. La méthode classique prend de temps et se fait en plusieurs étapes pour aboutir à un thé noir de qualité. On le retrouve beaucoup plus en Chine et en Inde. Les thés noirs obtenus par cette méthode ont de meilleurs goûts et sont aussi très bénéfiques pour la santé. La méthode CTC (Crush Tear Curl traduit littéralement par broyage déchiquetage roulage) est une méthode de fabrication qui consiste à faire passer les feuilles de thé dans des rouleaux cylindriques avec des lames pour obtenir à la fin de petites boulettes de thé. Cette méthode a pour objectif l’optimisation de la production et non la qualité puisque les feuilles abîmées peuvent être utilisées.

Méthode classique : les étapes de fabrication du thé noir

La méthode classique de fabrication de thé se déroule en plusieurs étapes :

Le flétrissage

C’est la première étape. Elle se déroule après la récolte. Le flétrissage consiste à sécher les feuilles jusqu’à diminuer leur taux d’humidité de moitié. Pour cela, on utilise des grilles sur lesquelles on étale les feuilles et on insuffle de l’air à une température de 25 °C. C’est une étape qui dure environ 24h durant lesquelles les feuilles sont régulièrement remuées et retournées.

Le roulage

C’est l’étape qui consiste à rouler les feuilles afin d’extraire les huiles qui sont essentielles. Ce roulage peut se faire à la main ou à l’aide d’une machine. Cette étape a pour but de faciliter et d’accélérer la réaction enzymatique (oxydation) en cassant les cellules des feuilles. Les thés roulés à la main sont beaucoup plus de qualité par rapport à ceux roulés avec une machine.

L’oxydation

C’est une étape cruciale et suivie de près. Après avoir été roulées, les feuilles de thé sont placées dans un endroit humide. Cette humidité va accélérer l’oxydation. L’oxydation se réalise lorsque les polyphénols contenus dans les feuilles de thé entrent en contact avec l’air. C’est exactement le même phénomène qui se produit également au niveau des pommes ou des avocats. Durant cette réaction, la chlorophylle est aussi transformée. C’est ce qui change la pigmentation des feuilles. L’étape d’oxydation dure au maximum 3 h et plus le thé est oxydé plus il est noir.

La fixation

L’étape de fixation vise à arrêter l’oxydation. Le processus est très simple. Il consiste à exposer les feuilles de thé à une source de chaleur. Ce processus prend plus ou moins du temps.

Le triage

Après l’arrêt de l’oxydation, les feuilles sont triées par tamisage. Ce tri peut se faire manuellement ou mécaniquement. À la fin, les feuilles brisées sont séparées des feuilles intactes.

L’emballage

C’est la dernière étape de fabrication de thé noir. L’emballage va servir à empêcher les feuilles de  s’humidifier à nouveau. Elle est alors aussi importante.

En conclusion, le thé noir est très reconnu dans le monde. Ce thé est bénéfique pour la santé si sa consommation n’est pas excessive. Pour obtenir ce thé, deux méthodes sont principalement utilisées : la méthode classique naturelle et la méthode CTC. Chacune de ces méthodes vise un objectif principal. Toutefois, les thés noirs obtenus par la méthode orthodoxe qui se fait en plusieurs étapes paraissent bien meilleurs (sur tous les plans) que ceux obtenus par la méthode CTC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.