L’histoire et les origines du thé noir

On aime le prendre chaud, associée à d’autres saveurs ou se délecter purement de son goût suave et atypique mais on ne sait pas que derrière ce goût original et cette couleur sombre se dissimule une véritable histoire. De l’Asie en Europe, le thé noir a traversé les océans et les âges tout en bénéficiant d’un savoir-faire qui a fait perpétuer son héritage. Dans cet article nous vous raconterons la fascinante histoire du thé noir et son origine. Mais bien avant c’est quoi le thé noir?

Qu’est-ce que le thé noir ?

Beaucoup sont ceux qui pensent qu’il existe plusieurs types de feuilles de thé à savoir le thé vert, le thé blanc et bien entendu le thé noir. Cependant il n’existe qu’un seul type de feuilles de thé qui est le vert. Les différentes autres variétés dépendent juste des divers procédés de fabrication et de préparation de ces feuilles. Et c’est dans la même dynamique que le fameux thé noir a été obtenu.

En effet, le thé noir est un thé vert dont les feuilles ont subi une oxydation complète et dont la préparation exige plus d’étapes. En raison de sa couleur plus ou moins cuivrée lors de son infusion, les chinois lui ont donné le nom de thé rouge. Ce qu’il ne faut nullement confondre avec une infusion de rooibos qui n’est pas considérée comme un thé dans certains pays en l’occurrence la France.

Le thé noir est très prisé des européens notamment les anglais, ce qui explique pourquoi ce sont ces-derniers qui ont mis au point les deux modes de préparation de ce thé. En effet, il s’agit du processus CTC (Crush, Tear, Curl) qui signifie littéralement « écraser, hacher, rouler »)

Comment ça marche ? 

Les feuilles vertes du thé, une fois cueillies sont dénuées de toute leur teneur en eau, ceci en étant disposées sur des claies dans une pièce maintenue entre 20 et 24°C où l’air est pulsé à l’aide de ventilateurs. 

Une fois qu’elles sont sèches  elles sont roulées. Le roulage est fait à la main ou à la machine, il dure environ 30 minutes et peut être renouvelé après la séparation des bourgeons trop tendres, pour éviter qu’ils se brisent. 

Après être roulées, ces feuilles sont mises dans des salles d’oxydation dont l’humidité est de 90 à 95% et une température maintenue entre 20 et 22°C. C’est l’oxydation qui permet au thé noir de se conserver des années contrairement au thé vert. Elle a également un effet sur le goût.  

En 1930, la  méthode CTC (Crush, Tear, Curl a été mise à jour par William McKercher. Il s’agit du hachage de feuilles de thé flétries. Avec l’aide d’un rotovateur, on coupe les feuilles une première fois. Ensuite, les machines CTC déchirent encore plus les feuilles en les faisant passer entre plusieurs rotors coupants pour les diviser en particules fine 

Notons aussi que le thé noir a un taux élevé de théine plus que les autres types de thé. 

Quelles sont les origines du thé noir ? 

Contrairement à sa couleur, les origines de ce thé  ne sont pas obscures même si elles relèvent du plus grand des  hasards. En effet, son origine remonte au XVIIème siècle et est bien illustrée par une histoire aussi drôle qu’intéressante. On sait tous que les Anglais sont de gros consommateurs de thé. Une cargaison de thé vert en provenance de la chine (Le plus grand producteur de thé au monde) serait alors arrivée en Angleterre après de longs mois de trajet sur la mer. Quelle ne fut la surprise à la découverte d’un thé, dont la couleur ne ressemblait en rien à celle à laquelle on espérait. À la place du thé vert, il y’avait donc du thé noir.

Au grand étonnement de tout le monde, les anglais ont quand-même accepté d’utiliser le stock de thé afin d’éviter un gaspillage. Curieusement ils ont trouvé le goût intéressant et ont aimé ce « nouveau thé ». Ils n’ont donc pas hésité à passer encore commande aux Chinois. Ces-derniers qui se sont au début bien moqués du goût peu orthodoxe des occidentaux fabriquent aujourd’hui un excellent thé noir même si l’essentielle de la production est destinée à l’exportation vers les pays occidentaux. Le thé noir est ainsi adopté. Pourquoi dit-on que ce thé est le fruit d’une erreur ? 

En effet, la transformation de la couleur verte du thé en une plus foncée s’explique par le fait que les feuilles de thé auraient subi une fermentation sous le coup de la chaleur et du soleil puisque pendant le voyage en mer elles auraient été placées sous la ligne de flottaison. Ce qui montre clairement que le thé vert n’arrive pas à être conservé pendant longtemps. Mais le thé noir a une durée de conservation beaucoup plus grande.

Le thé noir n’est pas très apprécié ni en Chine, ni dans les autres pays d’Asie mais il est incontournable en occident en particulier en Angleterre où il est très adulé. Il mérite donc son autre appellation qui est le thé Anglo-indien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.