Histoire et origines du thé pu’erh

Pour un résident français ordinaire, le nom pu’erh a une teinte de mystère. Bien que certaines personnes aient sans doute entendu ce mot, tout le monde ne sait pas ce qu’il signifie. Pu’erh est un type spécial de thé qui a un goût et un arôme incroyable.

Qu’est-ce que le thé pu’erh

Le thé pu’erh est probablement le thé le plus complexe au monde. C’est un type de thé qui peut changer de goût avec le temps, pour le meilleur ou pour le pire en raison des différentes techniques de traitement et du facteur de vieillissement. Ce thé a une durée similaire à celle du bon vin.  Le thé pu’erh est produit sous forme de feuilles mobiles ou compressées en forme de boule ou de brique.

Il existe deux types de thé pu’erh : le thé fermenté encore appelé mûr et le non fermenté encore appelé vert.  Les ingrédients des deux types de pu’erh peuvent être les mêmes mais les deux produits qui en résultent sont complètement différents l’un de l’autre. La qualité initiale du thé pu’erh comme les autres thés est étroitement liée au développement des feuilles, en fonction des arbres, de leur âge, du sol et de l’environnement. Après ramassage, les feuilles sont placées dans une grande caisse ventilée avec un ventilateur et perdent une partie de leur humidité. 

L’oxydation des feuilles est ensuite stoppée en appliquant de la chaleur.  Si la ventilation est mauvaise à ce stade, le thé prendra une saveur de fumée indésirable. Les feuilles sont ensuite séchées et roulées en petites boucles vertes à la main ou à la machine. Le thé pu’erh est ensuite étalé en une seule couche pour sécher pendant la nuit et sécher au soleil le lendemain.

Histoire du thé pu’erh

L’histoire du thé pu’erh commence par des mythes et des légendes. Il y a 2000 ans, le thé était pris comme antidote par la figure mythique shennong. Historiquement, le thé appelé thé pu’erh était produit dans la province du Yunnan, sous la dynastie Tang. Il y a une légende selon laquelle Zhuge Liang a commencé à planter des arbres à thé pu’erh dans la province du Yunnan afin de développer la partie sud-ouest de la Chine. Le commerce du thé était concentré dans les cours impériales. Les bénéfices tirés du commerce du thé étaient l’une des sources de recettes fiscales les plus importantes du pays et le thé pu’erh n’en faisait pas exception. Pendant la dynastie Qing, la culture du thé pu’erh s’est développée au sein de la haute société. En 1897, le Royaume Uni et la France ont établi des douanes à pu’erh, exportant officiellement vers l’Europe, et le volume d’exportation de thé pu’erh a considérablement augmenté.

Après cela, le thé pu-erh est entré dans l’ère des guerres nationales et étrangères telles que la guerre de l’opium. Le thé pu’er a continué à prospérer et à décliner à nouveau. Dans les années 1990 la fabrication du thé pu-erh s’est démocratisée par la politique économique de réforme et de libéralisation. Le thé pu’er qui était apprécié principalement à Hong Kong et à Taïwan est devenu populaire en Chine continentale.Le boom du thé a commencé depuis 2000, la popularité du thé pu’erh a augmenté et un certain nombre de nouveaux thés ont été créés.

Son origine

La province du Yunnan est située à l’extrême sud de la Chine, bordant le Vietnam et le Laos au sud et entourée de la montagne reliant la région autonome tibétaine au nord-ouest. La région montagneuse subtropicale de plus de 1500 mètres sur les côtes Est et Ouest du fleuve Mékong qui descend de la région tibétaine est à l’origine du thé pu-erh. Il est également cultivé dans la région autonome tai du xinshuangbanna la plus méridionale. On dit que Yunnan est à l’origine du théier mais le thé pu’erh serait l’une des racines du thé. Il a longtemps été transmis comme une plante médicinale parmi les minorités ethniques Hani. Le thé pu’erh est devenu populaire et a adopté le nom de thé pu erh sur la dynastie Ming. Le commerce du thé pu-erh s’étendit de la cour impériale au secteur privé et le thé du peuple Hang fut échangé contre les chevaux du peuple tibétain.

Mode de fabrication

Le processus de production du pu’erh est long et laborieux. La matière première de la boisson est obtenue à partir de feuilles soumises à un type particulier de fermentation de l’arbre à thé camélia sinensis poussant dans la province chinoise du Yunnan. Après la récolte, les feuilles sont séchées, pressées et emballées. Après avoir choisi une technologie de traitement, le thé acquiert son arôme et sa couleur caractéristique. Le thé pu’erh peut être stocké pendant des années. On distingue deux types de thé pu-erh :

Thé pu’erh non fermenté 

Pour presser les gâteaux, l’ingrédient est placé dans un moule et cuit à la vapeur. Le thé ramolli qui en résulte est placé dans un sac en coton et façonné à la main en un gâteau serré. Il est pressé avec un bloc de béton à l’aide d’une presse géante. C’est pourquoi parfois on peut avoir la couche de coton tissu imprimée sur le gâteau. La fosse dans le gâteau est causée par un tissu excédentaire qui est noué. Le gâteau est ensuite mis à sécher, ce gâteau de thé est maintenant prêt à boire ou prêt à vieillir.

Au fil des ans, des feuilles vertes s’oxydent naturellement et se décolorent et peuvent ensuite changer de couleur. Il est techniquement fermenté et le processus de vieillissement naturel évolue dans le temps comme un bon whisky permettant à des saveurs plus complexes de se développer.

Le thé pu’erh fermenté 

La substance est entassée dans une pièce sombre et de l’eau est pulvérisée dessus. L’activité microbienne se développe et la température augmente comme dans le processus de compostage.  L’humidité doit être contrôlée par la ventilation. Si l’activité microbienne n’est pas contrôlée, les moisissures indésirables et d’autres bactéries peuvent se développer.

Nous avons pu attiser votre curiosité vis à vis du thé pu’erh ? N’hésitez pas à laisser un commentaire et à lire notre article sur les bienfaits du thé pu’erh.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.